À propos de la SOCIÉTALogie

La SOCIÉTALogie: un bref aperçu

La SOCIÉTALogie  est  une  nouvelle science de gestion qui provient des recherches que Denis Pageau a entreprises en 2007.

Il cherchait alors à mieux comprendre les fondements de nos sociétés, afin de créer  une communauté de pratiques de citoyens.

Cette recherche fondamentale a permis à M. Pageau de conclure que :

1 – Les sociétés ne sont que le résultat de nos actions individuelles, de groupes et collectives.

2 – Les sociétés sont des associations, donc une forme d’organisation.

La sociétalogie étudie donc les sociétés en tant qu’organisations. Pour être plus précis, ce sont nos organisations premières.

3 – Les sociétés appartiennent aux citoyens. Comme les sociétés sont des associations, nous sommes donc tous des associés des sociétés dans lesquelles nous vivons. 

La sociétalogie étudie donc la citoyenneté comme une forme de profession. Pour être plus précis, c’est notre profession première.

4 – En ce qui a trait à la gestion, la sociétalogie simplifie la gestion de nos sociétés. En effet, sociétalogiquement parlant, nous ne gérons individuellement, en groupes ou collectivement que quatre types de ressources sociétales.

Quoi qu’elles varient en quantité, en qualité et en disponibilité, toutes les sociétés ont accès à des ressources naturelles, humaines, abstraites et transformées. (C’est la raison pour laquelle il y a quatre losanges dans le logo.)

La sociétalogie étudie donc COMMENT les ressources sociétales qui sont présentes sur un territoire donné AFFECTENT les actions, individuelles, de groupes et collectives des citoyens et COMMENT ces actions AFFECTENT à leur tour la qualité, la quantité et la disponibilité des ressources sociétales, ce qui inclue les citoyens et les sociétés. (Le logo de la sociétalogie reflète justement ce processus, car il est composé d’une loupe qui se focalise sur les 4 ressources.)

C’est cette dynamique qui est au cœur des diverses tensions, frictions et conflits sociaux qui sont au sein de toutes les sociétés, et qui, dans certaines circonstances, se transforment en cancers sociétaux.

 

Bref, la sociétalogie nous permet donc d’étudier:

          1. Les sociétés en tant qu’organisations primaires.
          2. La citoyenneté en tant que notre profession primaire.
          3. Les citoyens en tant qu’associés des sociétés dans lesquelles ils vivent.

La sociétalogie complète le portrait

Incidemment, la sociétalogie vient non seulement répondre à un besoin pressant, mais cette nouvelle science de gestion vient compléter le portrait des sciences de gestion.

En effet, le 20e siècle nous a amenés à créer de nombreuses sciences de gestion qui nous ont permis de mieux gérer toutes nos organisations, qu’elles soient publiques ou privées, à but lucratif ou non, y compris notre fonction publique, nos systèmes d’éducation et de santé, les transports, etc., mais il nous restait à en développer une pour gérer nos sociétés.

D’ailleurs, certains auteurs avaient soit prédit ou pressenti cette évolution.

Ainsi, Armand Hatchuel dans son article:

«Quel horizon pour les sciences de gestion? Vers une théorie de l’action collective.,»

publié dans le livre

Les Nouvelles Fondations des sciences de gestion,

avait  prédit que les sciences de gestion évolueraient vers une science qui serait utile pour gérer nos sociétés.

Nous pourrions aussi dire que Peter Senge dans son livre «La 5e discipline »  avait pressenti le développement d’une telle science dans le chapitre « Une 6e discipline». 

Une science, deux spécialités, deux modèles

La sociétalogie est une science de gestion qui cherche à comprendre:

          1. Comment les citoyens se sont-ils organisés pour créer et maintenir leur association.
          2. Comment les citoyens acquièrent-ils les connaissances et développent-ils les habiletés nécessaires pour faciliter leur intégration sociale et sociétale tout en facilitant le fonctionnement et le développement de leurs gouvernements et de leurs sociétés »

À partir de ces deux spécialités, nous pouvons donc utiliser les connaissances sociétalogiques qui en découlent, pour créer deux modèles théoriques,  un pour nos sociétés et l’autre pour nous citoyens.

Nos sociétés

Sociétalogiquement parlant, une société performante, ou si vous préférez une «bonne» société, est une société équilibrée. Ceci signifie que les différents processus de gestion sociale et sociétale facilitent le :

                  1. Développement et l’intégration sociale et sociétale des citoyens.
                  2. Fonctionnement et le développement des gouvernements.
                  3. Fonctionnement et le développement de la collectivité, donc de la société.

Donc, lorsque la majorité de nos actions individuelles, de groupes et collectives facilite notre développement ainsi que le fonctionnement et le développement de nos gouvernements et nos sociétés, notre ordre social est en équilibre.

Nous citoyens

Toujours sociétalogiquement parlant, les citoyens compétents, ou si vous préférez  les «bons» citoyens, sont des citoyens qui ont :

                  1. Acquis les connaissances (le savoir).
                  2. Développé les compétences (le savoir-faire).
                  3. Adopté une attitude (le savoir-être).

qui faciliteront leur développement ainsi que leur intégration sociale et sociétale en plus de faciliter le :

                  1. Développement, l’intégration sociale et sociétale de leurs concitoyens.
                  2. Fonctionnement et le développement de leurs gouvernements.
                  3. Fonctionnement et le développement de leur collectivité, donc de leurs sociétés.

 

Bref, un des avantages majeurs de la sociétalogie  c’est qu’elle nous permet d’utiliser des points de références neutres pour guider nos actions individuelles, de groupes et collectives. Ceci nous permet de devenir des citoyens plus compétents et de développer des sociétés équilibrées.

Une approche descriptive, prescriptive et normative

Comme la sociologie, la sociétalogie peut être utilisée pour décrire une société.

Cependant, puisqu’elle est une science de gestion et qu’elle rend possible la création de modèles théoriques tels que nous les avons vus plus haut, nous pouvons donc utiliser l’approche sociétalogique pour identifier les meilleures pratiques.

Cette capacité à identifier de meilleures pratiques fait de la sociétalogie  une science prescriptive et normative.  Elle peut donc être utilisée pour prescrire, donc donner des orientations, et normaliser, donc créer des normes.

Enfin, la sociétalogie  peut être utilisée pour étudier l’évolution passée et future d’une société. Elle peut prédire si une société évolue vers l’équilibre, si elle régresse vers l’extrémisme ou si elle continuera à être une société stable et équilibrée.

La prescription sociétalogique:
créer un ordre social durable

Pour résoudre ces problèmes, nous devons nous concentrer sur les ressources sociétales les plus importantes: les ressources abstraites. Du moins, en ce qui a trait au développement d’un ordre social durable. 

En effet, c’est à partir de nos connaissances et nos croyances que nous rédigeons des lois, des règles, des règlements, que nous créons des processus de gestions ou que nous adoptons des habitudes et des coutumes. Ces ressources abstraites peuvent être compatibles avec le développement ou le maintien d’un ordre social durable ou au contraire nuire à ce dernier.

Comme tous les éléments mentionnés plus haut sont influencés par les connaissances et les croyances présentent dans nos sociétés, nous devons évaluer quelles connaissances et quelles croyances,  nous amènerons à choisir ou créer des lois, des règles, des règlements, des habitudes et des coutumes compatibles avec une société équilibrée.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de fluctuations au niveau de l’ordre social, mais les fluctuations seront limitées par le niveau de compétence des citoyens et des professionnels civiques.

Augmenter notre niveau général de compétence

Pour réduire les fluctuations de l’ordre social, nous devons augmenter notre «Quotient Citoyen» à 60%. À ce moment, en tant que citoyens, nous aurons acquis les connaissances ainsi que développé les habiletés qui vont nous permettre de devenir compétents envers:

                • Nous-mêmes (Compétences personnelles)
                • Les autres (Compétences sociales)
                • Nos collectivités (Compétences sociétales)

Le tout facilitera notre développement personnel ainsi que notre intégration sociale et sociétale.

 

Augmenter le niveau général de compétence de nos professionnels civiques

Si 60 % suffisent pour les citoyens en général, nos professionnels civiques devraient être plus compétents. Par exemple, le niveau de compétence des dirigeants civiques et les politiciens devraient faire d’eux des citoyens performants.

Toutefois, ceux qui ont plus de responsabilités comme les hauts responsables politiques tels que les présidents, les premiers ministres, les secrétaires ainsi que leurs hauts fonctionnaires, devraient faire d’eux des citoyens experts.

Ce niveau supérieur de connaissances et de compétences est nécessaire, car ces citoyens doivent faciliter le développement, l’amélioration ou le maintien de l’ordre social.

Ce sont eux qui doivent mieux comprendre l’évolution de nos sociétés locales, nationales et intermédiaires et s’assurer que les lois, les règles, les règlements ainsi les processus de gestions que nous créons et que les habitudes et les coutumes  que nous adoptons facilitent :

                  1. Notre développement ainsi que notre intégration sociale et sociétale,
                  2. Le fonctionnement et le développement de nos gouvernements,
                  3.  Le fonctionnement et le développement de nos collectivités, donc de nos sociétés.

 Ils doivent donc être des citoyens performants ou experts.

 

Lier gouvernance et éthique

La sociétalogie est avant tout une science de macrogestion. Elle nous aide à identifier les buts et les objectifs sociétaux que nous voulons atteindre. Elle nous aide donc à gouverner nos sociétés qui sont sociétalogiquement parlant nos organisations premières.

De par ce fait, la sociétalogie a une influence sur les autres sciences de gestion ainsi que les autres organisations, qui sont, toujours sociétalogiquement parlant des organisations secondaires. 

Une fois nos buts et objectifs identifiés, il est alors possible d’identifier et de mettre en œuvre les meilleures pratiques sociétales. Ces dernières nous aident à mieux jouer notre rôle de citoyens Sociétalogiquement parlant, puisque la citoyenneté est notre profession première.

De par ce fait, la sociétalogie a une influence sur les autres professions qui sont, toujours sociétalogiquement parlant, des professions secondaires.

Ainsi, la sociétalogie aide à créer un lien entre la gouvernance, celle d’une société équilibrée, et l’éthique citoyenne.

N’importe où, n’importe quelle taille et n’importe quand

Enfin, comme vous vous en doutez surement, cette nouvelle science de gestion peut être utilisée pour étudier n’importe quelle société, quelles que soient sa taille et où qu’elle se trouve dans notre village global.

La sociétalogie peut non seulement avoir un impact positif pour la gestion interne de nos sociétés, mais faciliter la gestion de notre village global.  

Voilà! Ceci vous donne un bon aperçu de ce qu’est la sociétalogie. Si vous pensez que cela peut vous être utile, veuillez consulter notre section sur les services.

Sociétalement vôtre,
L’équipe SOCIÉTALogique